[Club Energie 2020 #3] Réhabilitations, évolutions des Diagnostics de Performance Energétique et démarche Transition(s)

Ce 22 avril s’est tenu le 3ème Club énergie 2020 Hauts-de-France. Lieu d’échanges privilégié entre les bailleurs et les professionnels de la construction sur les enjeux liés à la transition énergétique et environnementale, ce club était consacré cette fois-ci aux aspects de réhabilitation des stratégies patrimoniales des organismes, avec un focus sur la réforme des DPE et la démarche Transition(s) de GrDF.

Pour rappel, le précédent Club énergie était, quant à lui, dédié aux aspects de production d’offre nouvelle et de la RE2020 à venir.

Afin de mettre en cohérence le DPE avec les différentes mesures à venir en matière de rénovation énergétique, les pouvoirs publics ont souhaité le faire évoluer, dans le cadre de la loi Climat et résilience, en le rendant plus fiable et opposable. En effet, les conclusions de nombreux DPE actuels étaient trop fragiles, alors même que la majeure partie des incitations et contraintes en matière de rénovation énergétique repose sur les étiquettes énergétiques qui en sont issues.

Au regard de l’importance du parc de logements sociaux à l’échelle nationale (5 millions de logements, dont plus de 580 000 dans notre région), la révision des DPE a un impact considérable sur les stratégies patrimoniales des organismes Hlm. Avec environ 7% du parc de logement social considéré comme « passoire énergétique », les bailleurs font figure de bons élèves par rapport aux autres secteurs du logement (près de 23% du parc considéré comme « passoires énergétiques »), grâce, notamment, à un fort recours au chauffage collectif au gaz et des efforts de rénovation ciblés sur leur patrimoine le plus énergivore.

Les arbitrages et négociations menées au niveau national dans le cadre de cette réforme du DPE ont permis de « limiter » le phénomène de dégradation des étiquettes énergétiques à 38 000 logements supplémentaires considérés comme « passoires énergétiques ».

Certaines négociations restent d’ailleurs encore en cours, notamment sur la question du renouvellement du DPE tous les 10 ans en cas de mutation, pour laquelle l’USH a déposé un amendement.

Concernant l’opposabilité du DPE, nouveauté de cette réforme, l’USH a tenu à rappeler que ces nouveaux DPE impliqueront autant de responsabilités que les autres diagnostics immobiliers (amiante, plomb, etc).

En revanche, un important travail de sensibilisation des locataires occupants et acquéreurs sur la lecture de ces nouveaux DPE sera inévitable.

Après une intervention du certificateur Cerqual sur les impacts de cette réforme des DPE, GrDF a présenté son offre de service Transition(s) dédiée à l’accompagnement des maitres d’ouvrage dans l’élaboration de leurs stratégies patrimoniales, leurs projets de rénovation et les mesures d’approvisionnement, en gaz vert notamment.

Avec 2/3 du parc Hlm régional chauffé au gaz, cette offre de service représente une réelle opportunité pour les bailleurs dans la définition de leurs stratégies patrimoniales.

Celle-ci est orientée autour de trois axes forts :

  • La Transition énergétique
  • La Transition environnementale
  • La Transition solidaire

De nombreux guides sont à votre disposition sur ce sujet sur votre espace adhérents !

En conclusion de cet échange, animé de nombreuses remarques et questions, l’ensemble des participants se sont donnés rendez-vous dans les prochaines semaines pour poursuivre les retours d’expériences et partager ensemble les différentes stratégies de mise en œuvre de ces nouveaux DPE.

Accès réservé adhérents | Retrouvez l’ensemble des présentations ainsi que le replay de la réunion sur votre espace adhérents : https://adherents-unionhabitat-hautsdefrance.org/club-energie-3-reforme-des-dpe-et-demarche-transitions

Contact : s.rambour@union-habitat.org