[RE 2020] Une avancée des négociations lors du dernier CSCEE

Une dynamique régionale importante autour de la mise en œuvre de la RE 2020

Ce 30 mars dernier se tenait le troisième Club énergie 2020, lieu d’échanges privilégié entre les bailleurs et les professionnels de la construction sur les enjeux liés à la transition énergétique et environnementale, ce club était cette fois dédié à la prochaine réglementation environnementale 2020.

Une clause de revoyure qui rassure l’ensemble des acteurs négociée lors du CSCEE du 13 avril

Quelques jours plus tard se tenait une réunion importante du Conseil Supérieur de la Construction et de l’Efficacité Energétique (CSCEE) le 13 avril. Celui-ci est consulté sur les textes législatifs ou réglementaires portant sur, entre autres, la réglementation technique et les exigences applicables aux bâtiments, notamment celles concernant leur performance énergétique et environnementale. Il peut se saisir de tout sujet relevant du domaine de la construction et formuler des propositions au ministre chargé de la construction. Et ses missions sont de 5 ordres :

  • Mission sur le service public de la performance énergétique de l’habitat
  • Mission de réflexion sur l’évolution des coûts dans la construction
  • Mission de réflexion sur la normalisation appliquée au secteur de la construction
  • Mission de réflexion sur les formations obligatoires dans les constructions

Le CSCEE est donc essentiel dans la réflexion autour de la composition de la prochaine RE2020 et de sa mise en œuvre.

Aussi, à l’issue de la tenue de ce CSCEE du 13 avril dernier, les organisations ci-dessus ont tenu à se réjouir collectivement de l’accord trouvé sur la RE2020.

« Il convenait de trouver le chemin de crête entre forte ambition et faisabilité technique comme économique. Quatre mois de dialogue et d’échanges techniques de haute intensité ont permis d’y parvenir ».

La mise en œuvre de cette prochaine réglementation environnementale, prévue au 1er janvier 2022, viendra renforcer les efforts déjà engagés en région par l’ensemble des acteurs sur la question de la Transition énergétique, et en premier lieu les bailleurs sociaux.

Si les négociations ont permis de mieux prendre en compte les contraintes techniques des bailleurs, le défi de sa mise en œuvre se profile et nécessitera une pleine mobilisation de l’ensemble des acteurs de la filière, afin d’atteindre les objectifs collectifs.