« J’ose en parler » : Norevie diffuse une campagne de communication interne pour lutter contre le harcèlement professionnel

Il est dans l’ADN du mouvement Hlm régional de combattre le harcèlement et d’encourager l’égalité et l’équité au sein des équipes. A ce titre, les organismes régionaux font figure d’exemple en la matière avec un indicateur de parité situé très souvent au delà des 90% et en constante évolution. Cependant, il est important de rappeler que certains comportements doivent être bannis de l’enceinte de l’entreprise afin que chaque individu puisse s’épanouir sur son lieu de travail et auprès de ses collègues.

C’est dans ce cadre que Norevie et Florevie ont décidé de déployer en interne une campagne visant à sensibiliser les salariés sur les attitudes et propos à éviter. En effet, soucieuses du bien-être et de la parité homme/femme, les deux entités ont nommé l’une de leurs collaboratrices « référente harcèlement sexuel et agissements sexistes » dans le cadre de ses missions au sein de la CSSCT. Une campagne interne a été lancée pour faire connaitre ses coordonnées, et permettre ainsi de mieux l’identifier dans le paysage de l’entreprise et faire remonter les comportements déplacés en toute confidentialité.

« L’objectif était également de sensibiliser sur ce qui est acceptable ou non dans le milieu professionnel. La campagne a été pensée de façon à ne pas stigmatiser un sexe plus que l’autre par le biais de situations qui ont pu être vécues et peuvent toucher aussi bien les hommes que les femmes, le tout sur un ton léger et pédagogique ».

Le déploiement de la campagne : où, quand, comment…

La campagne a débuté le lundi 8 mars, date symbolique de la journée internationale des droits des femmes. Un badge aimanté a été déposé sur le bureau de chaque collaborateur de l’organisme, afin d’annoncer le déploiement de l’affichage et du lancement de la campagne sur le réseau social interne. Durant 5 jours, à raison d’un thème par jour, plusieurs situations ont permis d’illustrer des comportements ou des remarques parfois jugés anecdotiques mais qui symbolisent le harcèlement au quotidien. Par la suite la campagne sera relayée ponctuellement au cours de l’année et également lors d’événements, ainsi que lors des prises de parole des Directions pour assurer une diffusion régulière du message porté.

Les salariés présents le 8 mars ont été surpris de trouver le petit badge sur leur bureau. « J’ose en parler… mais de quoi… » pouvait-on entendre dans les couloirs de l’organisme. Après la découverte de l’objet, ils ont compris la cause à laquelle était liée la campagne de communication interne, beaucoup de salariés ont trouvé cette articulation très pertinente avec ce cheminement de l’objet physique à l’objet de la campagne de sensibilisation. Les administrateurs de Norevie ont également exprimé leurs félicitations aux organisateurs de la démarche, qui a suscité un réel engouement de la part de l’ensemble des salariés.

Une initiative qui démontre l’implication de Norevie dans la sensibilité et la prévention du harcèlement sur le lieu de travail. Nous le savons tous, ce sujet est essentiel pour créer les conditions au bien-vivre en entreprise et favoriser l’épanouissement de tous les salariés. Innovant dans la manière de concevoir leurs métiers, les organismes Hlm régionaux s’inscrivent aujourd’hui dans des démarches inclusives et porteuses de sens qui mettent le bien-vivre en entreprise au cœur des préoccupations et de l’engagement du mouvement Hlm Hauts-de-France.

Bravo aux équipes de Norevie pour cette démarche qui fait la démonstration de l’esprit de solidarité et de responsabilité qui anime le quotidien de l’organisme.