[SOLIDARITE] La proximité : un enjeu prioritaire pour les bailleurs Hauts-de-France

Le confinement, conséquence à la crise sanitaire, a mis en lumière le rôle essentiel des personnels de proximité dans les quartiers et les résidences Hlm. Dernier rempart face à l’isolement des ménages fragiles et des personnes isolées.

En tant qu’interlocuteur quotidien du locataire, les équipes de proximité garantissent la qualité de service et contribuent à la vie sociale dans les résidences. Le gardien est très souvent celui qui est interpellé en premier par les locataires, c’est celui avec lequel le locataire partage en premier lieu, les problèmes repérés dans les logements ou dans les quartiers. Ces échanges sont précieux.

Durant le confinement, les personnels de proximité se sont révélés des acteurs indispensables, préservant le bien vivre ensemble et prenant régulièrement des nouvelles des locataires les plus fragiles. De part leur présence, souvent quotidienne auprès des locataires, ils ont pu maintenir une qualité de service optimale malgré le contexte difficile d’urgence sanitaire. Une mobilisation et des efforts salués par des mots et des dessins accrochés dans les parties communes ou sur les containers à poubelle.

Témoignages de l’importance de la proximité en situation de crise, les expériences menées pendant le confinement militent en faveur de l’engagement d’ un travail de réflexion sur ces métiers. Plusieurs axes de travail sont à étudier, pour valoriser et rendre attractive cette présence bienveillante au cœur des résidences.

3 axes de réflexion pour repenser la proximité dans nos quartiers

  • Moderniser et développer les métiers de la proximité, notamment grâce aux outils numériques qui permettront de valoriser les compétences des collaborateurs par l’apport de nouveaux services. La formation des équipes de demain pourrait y intégrer ces nouveaux aspects qui rendront leur quotidien plus attractif et permettra une réponse plus rapide et efficace aux attentes des locataires.
  • Réinterroger l’aménagement du territoire en termes de proximité et non plus de zonages, et raisonner localement selon des enjeux territoriaux partagés. Il s’agit de rechercher le bien vivre ensemble en simplifiant et en assouplissant certaines règles administratives, de privilégier le facilitateur plutôt que le contraignant et de soutenir l’innovation.
  • Favoriser les expérimentations, comme l’habitat inclusif en partant des besoins spécifiques des demandeurs (personnes âgées, etc, …). Nous avons à faciliter l’émergence de projets adaptés aux besoins d’aujourd’hui et de demain.

Ces réflexions doivent nous amener à repenser les métiers de la proximité dans leur déploiement sur le terrain. L’ambition portée doit rester l’amélioration continue du service rendu aux locataires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *